Dimanche 24 Mai

PAROLES DE RECONFORT ET D’ESPERANCE

 

Nous vivons le temps pascal – comme hier, le Carême ! – confinés mais accompagnés ! De nombreux rendez-vous, très variés, nous ont été donné pour compenser nos manques, accueillir les événements avec confiance, nourrir notre vie de prière et « rendre compte de notre espérance, avec douceur et respect. »

 

Nous avons découvert qu’il est sans doute possible de vivre autrement. Mais pas tout le monde :  Je pense aux soignants qui se sont épuisés, aux parents   qui ont dû mener de front une double activité, en donnant des cours en visioconférence, tout en soutenant leurs propres enfants pour les devoirs.

 

Cette pandémie aura bousculé tout le monde et montré notre impréparation face à cet événement inattendu, mais surtout notre sens critique à tous propos et pas toujours constructif. Nous mesurons à peine les conséquences qu’entrainent nos modes de vie et nos échanges au niveau mondial. Rien ne devrait plus être comme avant ?

Notre foi ne nous donne pas de recettes. Pourtant, elle nous donne des points de repères, comme ceux que nous donne le pape François dans « Laudato Si » qui garde, cinq ans après, une étonnante actualité ! Depuis l’Ascension de Jésus, l’Esprit-Saint nous pousse à « garder la tête vers le ciel et ancrer nos pieds dans les réalités du monde. »

 

Nous avons espoir que nous pourrons nous retrouver pour célébrer la Pentecôte ! Ceci dit, nous devrons prendre toutes les mesures sanitaires nécessaires : éloignement des uns des autres, masques, et gel ! Restons sur nos gardes : le virus est toujours prêt à resurgir !

Prions Marie de veiller sur tous les malades et sur nous.

 

Ce samedi à 18h, un tout petit groupe (10 personnes) de la Paroisse St Denis célèbre le 7è dimanche de Pâques. Cette Eucharistie sera retransmise sur You tube.

Voici les liens pour suivre cette messe :

 

7è DIMANCHE DE PÂQUES -A     

Evangile de St Jean : 17, 1b-11a

Le jour de l’Ascension, les apôtres reçoivent la mission d’annoncer l’Evangile, de faire des disciples de toutes les nations. Pendant trois ans, Jésus les a formés et leur a tout donné de ce qu’il avait lui-même reçu du Père. Cela n’a pas toujours été facile ! Il fallait que Jésus retourne vers le Père, pour qu’ils prennent vraiment leur dimension d’apôtres. Le moment était donc venu pour eux de prendre le relais avec la force que Jésus leur a promis : l’Esprit Saint, le défenseur.

Le livre des Actes des Apôtres nous dit ce dimanche, qu’après avoir vu Jésus s’en aller vers le ciel, ils retournent à Jérusalem, là où ils avaient l’habitude de se retrouver avec Jésus. Ils entendaient encore dans leur cœur, ses paroles de réconfort : « je suis avec vous tous les jours… » Avons-nous remarqué que leur 1ère mission, avant d’annoncer la résurrection de Jésus, c’est : « d’être assidus à la prière, d’un même cœur, autour de Marie… »

 Jésus, lui-même se retirait avant chacune de ses missions pour prier et puiser sa force auprès de son Père. Aujourd’hui, l’Evangile nous fait contempler Jésus, priant son Père, avant de vivre sa passion et d’offrir sa vie par amour. « Père, l’heure est venue, glorifie ton Fils. » Jésus remet sa vie entre les mains du Père. Il relit sa mission et lui donne son sens : « Afin que le Fils te glorifie… » La gloire, au sens biblique, c’est une présence qui a du poids : présence du Père dans les paroles et les gestes de Jésus. Présence silencieuse du Père dans la passion du Fils bien aimé, qui révèle (glorifie) un Dieu d’Amour et de miséricorde. Présence du Père et du Fils dans le cœur des hommes : « La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent… »  

« Je prie pour eux … qui sont dans le monde. » dit Jésus. Quel bonheur d’être portés par sa prière, dans ce contexte si particulier qui entraine peurs, souffrances, replis, et injustices. Nous avons vraiment besoin de la force de l’Esprit Saint pour devenir disciples et apôtres et continuer la mission qui nous est confiée : être la présence de Jésus auprès de nos contemporains, pour redonner confiance et espérance. C’est la mission de toute l’Eglise au milieu du monde.

                                                                                                   Abbé André                      

 

 

 

Article publié par Thérèse Labalette • Publié le Vendredi 22 mai 2020 - 19h04 • 59 visites

keyboard_arrow_up