18ème dimanche du temps ordinaire B - 1er août 2021

Chapitre 4: Un cœur ouvert au monde

                                               

Chapitre 4 : Un cœur ouvert au monde

 

La troisième partie de l’encyclique (Agir) consiste en quatre défis que le pape entend relever pour construire ensemble une fraternité universelle. On peut appeler le premier : le défi de l’universel ; il donne la dimension de la fraternité qu’espère le pape.

La plus grande partie de ce chapitre est consacrée au défi que pose à la fraternité la question des migrants. C’est là que la dimension universelle de la fraternité se trouve interrogée et, pour tout dire, en péril. C’est là que les frontières et les murs s’élèvent avec le plus de véhémence.

Ce défi se formule en 4 verbes : Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer (§ 129). Pour résoudre ce problème complexe, les réponses ne peuvent être qu’internationales (§ 132).  La fraternité va même jusqu’à considérer que le brassage des populations et des cultures qu’entraînent les migrations peut être vécu comme un enrichissement mutuel, un « don réciproque » et un appel à la gratuité.

L’autre sujet abordé dans ce chapitre, c’est celui de l’articulation du global (universalité) et du local (proximité). Il s’agit d’éviter que la dimension universelle, mondiale, des échanges n’aboutisse à faire disparaître les cultures et particularismes locaux. La personne se définit par ses relations et celles-ci à la fois peuvent et doivent s’élargir à la dimension de l’humanité, mais en même temps nécessitent la particularité de l’appartenance proche.

C’est pourquoi, dès le sous-titre de l’encyclopédie, la fraternité universelle est liée à l’amitié sociale. L’on retrouve ici l’image du polyèdre (§ 144-145) que le pape présentait dans Evangelii Gaudium (EG 236). A la différence de la sphère où toutes les différences entre les points sont gommées, dans le polyèdre, la diversité des multiples faces enrichit l’ensemble. C’est ici que se rencontrent et se conjuguent les deux principes cardinaux de la Doctrine Sociale de l’Eglise qui commandent tous les autres : la Personne et le Bien commun.

                                                                                                  Dominique MAERTEN, diacre

Article publié par Thérèse Labalette • Publié le Vendredi 06 août 2021 • 85 visites

keyboard_arrow_up