HOMELIE DU 6 è DIMANCHE DE PÂQUES

"Je vous appelle mes amis"

 

« Je vous appelle mes amis »

Voilà le plus beau cadeau que nous fait Jésus. L’amitié est aussi un beau cadeau à nous offrir les uns aux autres. L’amitié nous rend plus forts, parce qu’elle fait grandir en nous la confiance, dans les joies comme dans les coups durs et les épreuves. L’amitié ouvre une porte vers la fraternité, si nécessaire aujourd’hui, face au risque de repli sur soi, dans notre société.

« Je vous appelle mes amis, dit Jésus, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. »

Jésus veut entrer en amitié avec chacun de nous, il veut devenir notre ami. Il nous offre l’amour qu’il a reçu lui-même de son Père. Si nous sommes ses amis, nous pouvons lui confier nos joies et nos peines, nos familles et les personnes qui nous demandent de prier pour elles.

Jésus est toujours près de nous. A travers les paroles de l’Evangile que nous venons d’écouter à l’instant : c’est vraiment lui qui nous parle. Face aux bruits envahissants de la vie quotidienne, comment le laisser nous parler au plus intime de nous-mêmes ? Ses paroles nous font vivre et nous rendent heureux. J’en relève quelques-unes que nous trouvons dans l’Evangile : « confiance ; n’aie pas peur ; lève-toi et marche ; ta foi t’a sauvé ; je ne te condamne pas ; va et ne pèche plus ; tes péchés sont pardonnés ; si tu crois, tu verras des choses plus grandes encore ; je vous appelle mes amis. »

« Comme je vous ai aimés, dit encore Jésus, aimez-vous les uns les autres. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. »

Jésus dit ces paroles à ses disciples quelques heures avant son arrestation et sa condamnation. Il va donner sa vie pour que la haine des hommes n’ait plus le dernier mot, mais que l’amour soit le plus fort et sauve celui ou celle qui s’en remet à lui, avec confiance.

Jésus nous demande de l’imiter en étant contagieux d’amour, malgré les déceptions, les incompréhensions ou les critiques. Contagieux d’amour, c’est-à-dire accueillir l’autre, le faire grandir, comprendre, voir le beau en l’autre, malgré ses défauts. Faire confiance, quoiqu’il arrive ; s’engager à ses côtés pour le soutenir et le faire réussir ; se donner ; avoir une parole vraie et vouloir une société plus juste pour tous et pas seulement pour quelques- uns.

« Tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. » Alors, n’hésitons pas à le lui demander souvent dans notre prière, pour que nous portions les bons fruits qu’il désire tant en nous, pour notre bonheur et pour le bonheur de nos proches.

                                                                                  Abbé André

 

Article publié par Thérèse Labalette • Publié le Lundi 10 mai 2021 • 136 visites

keyboard_arrow_up